Une nouvelle carte prouve les dégâts causés par des millions d'hectares dans la forêt amazonienne

De nouvelles données illustrent, avec un niveau de détail effrayant, la perte accélérée du couvert forestier au Brésil.

En raison d'activités humaines, le monde a continué à perdre des forêts en 2018, selon les données du groupe de recherche Global Forest Watch et des analystes de l'Université du Maryland.

La déforestation avec substitution ultérieure par une autre utilisation des terres, qui supprime de grandes portions de forêt sans distinction, a été le principal facteur de perte de la couverture forestière en général. Une grande partie de cette déforestation visait à créer un espace pour le bétail, mais d'autres activités commerciales telles que l'extraction minière et la plantation de soja étaient également impliquées. Par rapport à l'année précédente, les pertes de forêts ont été réduites de près de 50%, principalement en raison des incendies de 2016 et 2017. Mais abstraction faite des incendies, la perte de forêt a augmenté de près de 13%. Cela a des implications pour le changement climatique et d'autres préoccupations environnementales, notent les chercheurs.

En plus de fournir un habitat pour les animaux et d’autres plantes, les forêts constituent également un outil important de lutte contre le changement climatique. Les grandes régions forestières, telles que la forêt amazonienne, constituent des réservoirs de carbone qui aident à absorber les émissions de carbone excessives de l'atmosphère.

L'été dernier, des groupes environnementaux ont annoncé l'initiative «30×30», un objectif de réduction des émissions de 30% grâce à la gestion durable des forêts. Cet objectif a été fixé dans l'accord de Paris sur le climat.

À l'aide d'images satellitaires, les chercheurs de Global Forest Watch ont également constaté la perte de 12 millions d'hectares de forêts dans le monde en 2018. Sur ces 12 millions, plus de 350 000 hectares étaient des forêts indigènes. Également appelées forêts primaires, les forêts indigènes comprennent des arbres matures qui n'ont jamais été exploités par l'homme au cours de l'histoire récente. Ces zones sont généralement riches en biodiversité, avec des espèces protégées et même inconnues.

Près de 1,6 million d'hectares de forêt indigène ont été perdus au seul Brésil. L'élevage, l'exploitation minière et le soja sont les activités commerciales qui ont le plus contribué à cette perte.

Les militants écologistes sont de plus en plus préoccupés par l'Amazonie brésilienne depuis que le pays a élu son nouveau président, Jair Bolsonaro, l'année dernière. Le nouveau président a promis d'ouvrir l'Amazonie à l'industrie et a récemment coupé des fonds pour des groupes de recherche scientifique et environnementale.

Le rapport indique que la perte de forêt a commencé avant l'élection de Bolsonaro et qu'il est trop tôt pour dire en quoi ses politiques vont changer ou ont déjà eu un impact sur la forêt amazonienne.

Le Brésil n'était pas le seul pays d'Amérique du Sud à avoir perdu son couvert forestier en 2018.

La Colombie, où des territoires autrefois contrôlés par les FARC ont été ouverts à des fins commerciales l'année dernière, a également connu une augmentation de la déforestation. Plus de 11 000 hectares ont été défrichés l'an dernier.

Alors que de nombreux pays se sont engagés à réduire la déforestation, les principales régions, abritant les forêts les plus anciennes et les plus riches en biodiversité du monde, vont dans la direction opposée, indique le rapport.

Facebook Comments Box

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.